>
Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Ecrits de la vie...   Fiction   Les aventures de Paul-Henri   Nouvelles   Z 

mise en page par Génie

Précédent - Suivant
Lorsque Paul-Henri découvre le sexe à la mode d’aujourd’hui

Elle le regarde. Paul-Henri en a la tremblote. Il cherche dans sa mémoire qui a dit qu’un homme qui n’était pas intimidé de se retrouver nue devant une femme était un hypocrite. Il cherche mais il ne trouve pas. Paul-Henri aurait mille fois aimé être comme tout le monde. Enfin comme ce tout le monde brillant, sans peur et sans reproche, ce tout le monde d’aujourd’hui… Il la déshabille du regard. Impatiente, elle se débarrasse de ses vêtements sans l’attendre. Dans la lumière d’une ampoule halogène elle est blafarde, il se sent grand, il se sent maigre. Et ce n’est pas le peu de riz qu’il a mangé à la grève de la faim qui lui ont coupé l’appétit. Paul-Henri aurait préféré manger tout de suite. Mais elle veut baiser maintenant. Normal, elle a pas eu sa dose depuis longtemps, elle se sent en chaleur, elle lui dit ainsi, elle est belle parce qu’elle ne fait pas de manière, elle est laide pour la même raison. La vie de Paul-Henri n’est pas simple, même lorsqu’elle paraît moins compliquée. Avoir un cerveau n’est pas tous les jours un cadeau. Parfois Paul-Henri se dit qu’il aimerait aussi ne pas posséder la vue.

 

Elle s’approche, enfonce bien fort ses yeux dans ceux de Paul-Henri. Elle le pousse vers la table, puis comme une girouette elle fait un demain tour et enfonce ses fesses contre le table. Elle tire Paul-Henri vers elle pour qu’il lui enfonce encore plus les fesses dans la table. Paul-Henri n’est pas passif. Il suit juste le mouvement. On l’a très bien éduqué, en général il cherche à faire plaisir, à satisfaire son prochain. Si elle veut le faire sur la table, alors Paul-Henri fera tout pour bien lui faire sur la table. Il lui caresse la poitrine, les fesses… Bref il fait ce qu’il lui semble devoir faire. Faire pour elle. S’il s’écoutait il mettrait un bol de riz sur la table, il s’essayerait et le mangerait. Mais bon, il sait que la vie est dure, que le sexe d’une femme ne s’offre pas tous les jours, dans ce domaine là il lui est aussi arrivé d’avoir faim… Même si aujourd’hui ça ne figure plus dans ses priorités. Tant de mecs aimeraient être à sa place… Il sait qu’il suffirait à la fille de passer une petite annonce et que dix mecs au moins se précipiteront pour avoir sa place. Alors Paul-Henri va au charbon. A défaut de riz, il bouffe la chatte de la demoiselle, la tarte au poil est bonne, il se lèche les babines tandis qu’entre ses mains la belle tortille son bassin. Quelques doigts de Lindt dans un monde de brute.

 

Mais la belle n’est pas rassasiée, elle dit « bouffe moi le cul, bouffe moi le cul !!! ». Paul-Henri pense qu’elle doit faire une erreur de vocabulaire, alors il lui bouffe davantage la chatte. Alors elle continue « bouffe moi le cul !!! ». Devant le Paul-Henri ahuri, elle se fait glisser de la table, se met à genoux devant lui et lui ordonne de mettre sa grosse bite dans sa bouche. « Défonce moi la bouche » lui dit-elle. Gentil comme tout, mais largement désarçonné, Paul-Henri fait son maximum. « Insulte moi ! dit-elle à présent. J’aime être dominée, traite moi de chienne !!! ».

_ Euh… tu es une chienne,  dit Paul-Henri qui se sent débander.

_ Oui je suis une grosse chienne. Une cochonne !

_ Oui…

_ Dit moi que je suis une cochonne… Rien qu’une petite pute…

_ Exact… Je trouve que tu es vraiment une cochonne toi ! s’exclame-t-il

_ Oh oui !!!

_ Une petite pute !!!

Elle est ravie, Paul-Henri aussi. II se donne du mal. Il est content que ça lui plaise à elle.

_ Tu trouve pas que j’ai une bouche à bite ?

_ Ah tu trouves ?

_ Dit moi que oui !!!

_ D’accord : « Tu as une bouche à bite ! »

_ Hum… J’ai envie de te bouffer le cul, dit-elle à présent.

 

Paul-Henri ne sait plus sur quel pied danser. Il fait comme elle lui dit. Il lui crie « bouffe moi le cul salope ». Elle ça l’excite à fond. Lui… Bof. Il est étonnée par cette fille. Il se dit qu’elle n’a pas du bosser dans des colonies comme lui, qu’elle a pas du assez changer des gosses qui avaient chié dans leur pantalon. En somme il se dit qu’elle n’est pas comme lui, qu’elle n’a jamais du avoir vraiment le nez dans la merde. Que ça peut expliquer qu’elle aime y mettre sa langue. Elle idolâtre ce qu’elle ne connaît pas, le fameux « underground ». Les mondes parallèles.

 

Après ça elle veut se faire attacher dans le lit. Paul-Henri lui dit qu’il n’a pas de corde. Elle lui sort des menottes. Il obtempère. Il l’attache. Puis elle lui dit qu’elle a deux godes dans sa table de nuit, qu’il va aimer. Il continue, il veut vite en finir pour pouvoir manger. Il lui rempli les deux trous comme elle le demande. Il s’implique plus. Il vire un des deux godes alors qu’elle lui crie « baise moi Paul-Henri !!! ». Puis il la baise. En continuant à l’insulter comme elle le demande. Paul-Henri en même temps déplore que le visionnage de cassettes vidéos X soit devenu une mode. Il déplore cette société qui pour se sentir exister à besoin d’extrême, a inventer le saut à l’élastique, ces manèges rapides et bruyant. Comme s’il n’y avait que cela pour être, devenir, se réaliser. Paul-Henri la traite de garage à bite puisque ça lui fait plaisir. Il a connu meilleure littérature.

 

Lorsqu’il arrive en fin de course, qu’il envoie en elle tout ce qu’il pouvait envoyé, elle l’embrasse, le couvre de baiser. Lui murmure des mots doux à l’oreille, puis ajoute « retire toi, et replace le gode dans ma chatte mon amour… ». Alors Paul-Henri vérifie qu’elle est bien attachée. Lui remet le gode en place. La laisse derrière lui en train de gémir. Prend des provisions dans la cuisine. Et dévale le plus vite possible les escaliers. Il court vers de nouvelles aventures, et il a bien raison.

 

 

 

Les aventures de Paul-Henri dans la ville (déjà paru)

Où Paul-Henri mange trop de chocolat

Où Paul-Henri est dans un métro où il fait chaud

Où Paul-Henri veut s’inscrire à l’université et est bien étonné

Là où Paul-Henri va avec des « amis » en boîte de nuit

Où Paul-Henri participe à une grève de la faim

I

aujourd'hui :

Interview d’Amédé (par F. Laurence)

 


Ecrit par , le Samedi 11 Octobre 2003, 18:07 dans la rubrique "Les aventures de Paul-Henri".


Commentaires :

  Alycia
25-10-03
à 19:08

"Sexe froid" et Paul-Henri

En lisant Sexe Froid de Wandess, et ce texte, je me rends compte qu'en fait vous vous amusez bien Wandess et toi !!! Est-ce un concours entre vous, ou un hasard? Est-ce concerté? En tout cas j'ai apprécié cette sorte d'effet de miroir.

Que vive PAul-Henri, un véritable héros moderne!!!

  Amédé Potiron-Danzasoupe
25-10-03
à 19:13

Re:

Merci pour Paul-Henri, ej lui transmetterai! Oui, effectivement il semble y avoir une proximité de pensée entre nous. MAis ce n'estpas concerté. Mais c'est exact que ce n'est pas la première fois que ça se produit. Tu pourras voir dans ma formidable interview par la formidable F. Laurence que je m'inspire du journal de Wandess pour certains Paul-H. Pour les thèmes. Donc j'apprécie que pour une fois ce soit un de ses textes qui réponde à un des mien. Mais j'avais pas vu du tout le clin d'oeil s'il y en avais un.

Amédé.

  Wandess
25-10-03
à 19:30

Re: Re:

Non, j'ai pas fait gaffe. MAis c'est vrai que comme nous avions parlé de ce problème de "la femme traine les pieds dans la littérature" au sujet du bouquin de Jauffret, j'ai songé à écrire là-dessus!!!


  Plume
08-12-03
à 13:26

la joie

Il ne faut pas confondre litte-rature et blabla


  Wandess
19-12-03
à 00:19

Re: la joie

Bien sûr, mais je ne comprends pas ton commentaire quand même...

  Jude
21-12-03
à 19:25

Et pourtant j'ai cherché!

Non j'ai cherché mais je n'ai pas trouvé de relants noséabondes chez Paul-Henri. Ses aventures sont cruellement modernes. Il est des nôtres! Je suis un peu lui, il est un peu moi. La ville qu'il traverse est la mienne, celle qui me semble sans consitance, bêtement matérialiste, perdue sous le brouillard épais de la méchanceté et de l'ignorance. Une ville peuplée de moutons à cinq pattes.